une histoire d’habitude

extrait

Elle en avait soufflé des bougies.
Ça faisait bien longtemps qu’elle n’en plantait plus qu’une dans le gâteau parce que sinon il en aurait fallu trois des gâteaux et aujourd’hui elle n’avait plus tellement d’appétit.
D’ailleurs ce n’était pas vraiment une histoire d’appétit, c’était une histoire d’habitudes, c’était l’histoire d’une vieille dame.
Une vieille dame qui, le soir, s’imaginait des choses.

Il ne se passait rien mais elle le racontait à l’imparfait.
L’imparfait c’était bien parce que ça donnait de la couleur à l’histoire.
Ça lui donnait une couleur passée, un peu beige.
Marron.
Transparent.
Quelque chose entre la couleur du piano et l’assise des chaises.

Elle digérait lentement les histoires qu’elle n’avait pas racontées.
Des histoires sans action, sans logique.
Des aperçus de personnages, quelques figurants, un décor d’objets.
Des histoires qu’elle avait vues dans la rue, sur des gens, derrière une vitre.
Elle se les racontait quand celles de la télé se répétaient un peu trop, quand elle ne regardait plus que les images, quand elle faisait elle-même les dialogues.
Non, elle n’était pas seule.
Elle aimait s’imaginer qu’il était là.

( Tous droits réservés )

Publicités